La « Common Decency »

L’auteur anglais, George Orwell (1903-1950), est surtout connu pour son ouvrage d’anticipation très sombre « 1984 », généralement interprété comme une dénonciation du fascisme, ce qui est vrai, d’autant plus qu’Eric Blair, son véritable nom, a participé à la guerre d’Espagne, dans les rangs républicains. Il a, en fait, voulu dénoncer TOUS les totalitarismes y compris le stalinisme. Mais dans d’autres ouvrages, on peut se rendre compte qu’il n’a jamais renoncé à défendre une certaine vision du socialisme, qu’il appelle la « common decency« . Il s’agit des valeurs qui permettent l’entraide: la générosité,la bonté.

De nos jours, dans ses ouvrages,le philosophe Jean-Claude Michéa, décortique une pensée « orwellienne », qui permet de regarder le monde qui nous entoure avec davantage de clarté. Ce monde est « orwellien », car il est sous l’emprise d’un totalitarisme nouveau, le « libéral-totalitarisme »,  présenté comme l’aboutissement économique parfait, ce qui est faux, puisqu’il détruit la planète, les liens humains et n’hésite pas à recourir aux méthodes musclées pour préserver ses intérêts. La machine de guerre est la « communication », qui comprend, « la publicité ».

L’outil intellectuel de base y est la duplicité.

On annonce en 2007, qu’il n’y a pas de problème de financement des retraites jusqu’en 2020 pour ensuite reculer l’âge de départ en retraite en 2010.

On annonce qu’on va être le défenseur du pouvoir d’achat, pour ensuite , et dès avant la crise actuelle, commencer à le rogner.

On ouvre un Grenelle de l’environnement censé changer (enfin!) le productivisme destructeur, sauver la planète et la biodiversité, pour finir par relancer les constructions d’autoroutes.

On parle depuis le plateau des Glières, pour en parallèle, continuer la démolition méticuleuse du programme du Conseil National de la Résistance.

Le vocabulaire boursier est aussi imprégné de duplicité. La baisse des cours s’appelle « prise de bénéfices », la baisse de production, « croissance négative ».

Les « régressions sociales » sont des « réformes » ou des « modernisations ».

Tout cela crée de la confusion dans les esprits, à l’exemple de la campagne des « climato-sceptiques-sauf-d’eux-mêmes », mentionnée dans d’autres articles. Le but était-il de passer à autre chose  parce que tout-à-coup on avait compris que traiter sérieusement les crises environnementales était incompatible avec le profit à court terme?

George Orwell nous aide à comprendre que le mensonge est incompatible avec la démocratie.

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour La « Common Decency »

  1. L esprit de censure de sa preface, est vecu au quotidien dans beaucoup de medias « tres liberaux »qui promulgent un double language pseudo progressiste embourgoise.
    Aujourd hui cela s appelle de la « netiquette » souvent et les trolls sont les « mal pensant » a qui la « think police » apprend les « bonnes mannieres » en leurs coupant la langue.
    Orwell nous aide a continuer a affronter avec authenticite le double language « bon chic, bon genre » avec le courage de l espoir dans le fond humain et l assurance d une necessite de changement demandant notre engagement quotidien esperant un future meilleure pour tous.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s