West Side Story ou le phénomène des bandes

Cette comédie musicale a connu un grand succès parmi les jeunes de l’époque.

Ce phénomène de bandes continue dans certaines grandes villes américaines.

Nous avons nos quartiers ( ce mot est détestable), et des phénomènes similaires. L’expression musicale aussi avec du « rap ».

L’expression « esthétique »aussi, avec les « tags ».

Ce qui me frappe avec les tags, c’est leur multiplications sur les murs de domaines qui relèvent du bien commun, par exemple les gares et le long des voies de chemin de fer.

Peu sensible à ce genre d’esthétique, j’y vois un barbouillage compétitif entre bandes pour que leur message soit le plus visible possible. Le message n’est pas très clair, sa localisation, si. Un mépris pour le bien commun. S’il s’agit d’exprimer par des tags d’autres messages que du marquage territorial, cela révèle un déficit de moyens d’expression. Pourtant, il y a pour l’instant, le net.

Les politiques ultra-libérales, qui privatisent le bien commun, s’accommodent assez bien de ce barbouillage peu écologique, par ailleurs, car les « bombes » de peinture contiennent des produits sans doute assez toxiques.

Dans les deux cas, c’est le bien commun qui est visé .

La violence, dans certains endroits, est bien plus grave, mais la réponse est souvent des tentatives de réoccupation provisoire du terrain assez violentes.

La violence des uns justifie l’usage de la force par les autres.

Des alliés objectifs en somme?

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s