Relocaliser l’énergie

Les crises énergétiques présentes et à venir, la crise climatique en cours, impliquent de tout concevoir autrement, en particulier l’habitat et les déplacements.

Que de temps perdu dans nos contrées, si ce n’est que depuis la première crise du pétrole en 1974!

Si, à cette époque, les gros lobbies productivistes et consuméristes avaient été un peu moins écoutés, sachant que le parc immobilier se renouvelle en moyenne sur un siècle, un tiers de celui-ci serait déjà moins tributaire des énergies « noires » ou dangereuses, et notre dépendance à l’égard des importations, et de leur coût faramineux à l’achat, mais aussi en ce qui concerne leurs conséquences, serait bien moindre.

Il s’agit d’une faute politique majeure. Des alternatives existent. Il suffit d’ouvrir les yeux. Encore faudrait-il que l’information circule sur les grands médias dans ce domaine, comme dans beaucoup d’autres.

Autant on nous rebat les oreilles avec des exemples étrangers à suivre en ce qui concerne les retraites, autant le silence règne en ce qui concerne ce qui se passe ailleurs,  quand cela peut gêner certains lobbies puissants ici!

Addendum 2017: le syndrome « TINA » (There is no alternative) n’est toujours pas éradiqué, un candidat à la présidentielle est porteur du virus! Vite un vaccin!

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s