Réinventer les métiers de l’agriculture

Dans « comment vivre en temps de crise« , Patrick Viveret critique l’industrialisation de l’agriculture. Selon lui, les autres fonctions de l’agriculture: lien social, équilibres naturels,  sont en voie de disparition. Il continue en écrivant: « il est devenu urgent de réinventer ces métiers dans tous les sens du terme ».

C’est exactement  la voie à suivre pour plusieurs raisons.

Il y a des millions de chômeurs dans nos contrées. En favorisant la création de coopératives citoyennes de maraîchage autour des villes, en réinventant une agriculture vivrière,  il serait possible de relocaliser beaucoup d’activités, il serait possible de réduire les déplacements polluants et absurdes, il serait possible de préparer une autre société, plus frugale, plus proche et plus respectueuse  de la nature.

L’épuisement des ressources naturelles lié à l’hyper-productivisme se rapproche. Il est possible d’envisager des alternatives,  qui, en plus, auraient l’avantage de créer de la dignité par l’autonomie.

Les touches de modernité ne sont pas à exclure, sauf celles qui détruisent les ressources naturelles de manière irréversible. Des coopératives locales citoyennes de production d’énergie renouvelable pourraient accentuer cette nouvelle approche.

Une partie des terres agricoles devrait donc revenir à ces activités. Une solution: une appropriation collective de certaines de ces terres au bénéfice des  pouvoirs locaux démocratiques pour les confier à ces nouveaux exploitants par des baux longs, peu coûteux, sous réserve du respect des contingences environnementales et sociales.

Il s’agit de réinventer les « Commons » de jadis, de les adapter aux temps actuels, de faire cesser l’achat ou la location de terres par des entreprises privées ou des états,  d’en refaire une partie intégrante du bien commun.

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Réinventer les métiers de l’agriculture

  1. jourdan dit :

    pas facile… entre l’ecureuil et la banque presque verte… je ne vois guere de place pour
    que le Paysan redevienne un Paysan, il y a deja longtemps qu’il a posé ses sabots , et depuis le haut de la cabine de son tracteur il ne pense qu’à investir au dela des frontieres là où rien ne l’arretera dans sa progression….mais quelle progression?
    alors restons vigilants… tout le mal est à venir…à moins que…….

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s