Trois façons de ne pas vraiment changer le système économique

… et aussi trois façons de ne pas vraiment tenter de résoudre les crises environnementales.

Dans un billet,  j’ai décrit les trois façons d’appliquer les théories de Milton Friedman.

Il faut changer de système économique car il est impossible de croître sans fin dans un système fini , et aussi parce qu’il  mène à l’irresponsabilité et qu’il privatise le bien commun.

Il faut changer un système économique qui détruit la nature sans pour autant fournir une vie matérielle décente à tous les habitants de la terre.

Les débats actuels dans les médias hexagonaux me confortent dans cette appréciation. Qui commence clairement son programme politique par ces deux nécessités?

Flou social-démocrate d’un côté, défense peu avouée de ce système de l’autre, et avec en plus dans ce camp-ci une énorme tentative de focalisation sur la xénophobie, histoire de confondre ce qui est fondamental avec de faux-débats dont l’histoire montre qu’ils sont un terrain terriblement dangereux.

Découragés, certains s’abstiendront aux élections, ce qui constitue une énième façon de laisser les deux nécessités sans réponses.

Le phénomène des Tea-Parties ( voir mes articles sur ce sujet le 29/12 et le 08/11) sont un avant-goût de ce qui se prépare ici. Il y a des précédents dans plusieurs pays européens.

Citoyens, relisez, comme Stéphane Hessel vous a  invité à le faire, le programme du Conseil National de la Résistance et ne vous laissez pas impressionner par ce qui ressemble à une campagne qui mène vers une pente néfaste.

Après vous ne pourrez plus dire que vous ne saviez pas.

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Trois façons de ne pas vraiment changer le système économique

  1. Didier dit :

    Cher Jean-Michel,
    Relire le programme du CNR, je l’ai fait comme de nombreuses personnes. N’oubions pas qu’il s’agit d’un programme, donc d’une promesse, d’un horizon. Le réel est dur et résiste. Pour le changer, nous avons besoin d’utopie, de boussoles. Ne confondons pas la boussole et l’action, la carte et le territoire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s