Le business verdâtre et ses heureux bénéficiaires

En suivant ce lien (en anglais),

http://www.monbiot.com/archives/2011/01/18/power-trips/

vous constaterez que ce qui se passe ailleurs ressemble beaucoup à ce qui se passe ici. Les gagnants du business vert sont  souvent les mêmes que ceux du système précédent.

Certes, business pour business, il vaut mieux qu’il soit plus vert que sale, mais cela n’en reste pas moins du business, avec les mêmes clivages sociaux. D’où la nécessité d’associer protection de l’environnement et des ressources, d’un côté, et justice sociale, dignité de l’autre. L’exemple de la décroissance des différences sociales exige d’ailleurs de faire cesser l’exhibitionnisme consumériste,  en commençant par celui des plus riches. Les « people »  repeints en « martiens » n’en restent pas moins des « people ».

L’impôt est un outil qui peut être efficace. La lutte contre la spéculation aussi,  en limitant les sources de spéculation. L’application de l’idée de Triptyque Économique réduirait automatiquement ces sources.

Peut-être faut-il laisser une part pour les accrocs, d’où l’idée des trois tiers. Une part contre deux  fonctionnant sur d’autres bases que l’enrichissement personnel. Ce serait une expérience intéressante.

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s