Nouveaux risques de dérives productivistes

Le besoin d’énergie est massif. Le complexe industriel productiviste est loin d’avoir renoncé à l’exploitation de toutes les énergies fossiles disponibles sans tenir compte des connaissances actuelles sur les dégâts environnementaux. L’anthropocène connaîtra-t-il une fin brutale ou progressive? La sagesse exige davantage de retenue et de réflexion par rapport aux choix sociétaux qui engagent les générations suivantes.

http://www.actu-environnement.com/ae/news/extraction-gaz-schiste-demesure-industrielle-11963.php4

Le lien suivant, en provenance du Québec, et inclus dans un article de Jean Gadrey, est une source d’informations variées, à méditer, bien sûr!

http://perspective.usherbrooke.ca/bilan/servlet/BMTendanceStatPays?langue=fr&codePays=FRA&codeStat=EN.ATM.CO2E.KT&codeStat2=x

ITER et le nucléaire sont-ils la panacée pour réduire les rejets de GES  ou un rêve pour qui ne veut pas « réduire » sa consommation d’énergie? Faisable à échelle mondiale? Vraiment sans risque? Les réserves de lithium  tiennent-elles compte d’une utilisation massive, en croissance exponentielle, pour les batteries? Est-ce vérifiable?

Ce qui s’est passe au Japon, à la suite d’un  tremblement de terre, devrait inciter à la plus grande prudence.

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Nouveaux risques de dérives productivistes

  1. Manso dit :

    Plutôt que de vouloir sans cesse augmenter l’offre, avec les risques dont il est question ici, ne vaudrait-il pas mieux stopper cette progression infernale de la demande, en stabilisant, voire en diminuant doucement et sur le long terme, le nombre de demandeurs…

    • jmmasson dit :

      Merci pour ce commentaire!
      C’est exactement ce qu’il faut faire, de préférence avec d’autres méthodes que celles du libéral-totalitarisme, qui réglerait le problème uniquement par l’argent, donc en faisant souffrir des plus pauvres. Il faut donc un changement de paradigme dans un cadre économique qui puisse faire de la place pour la coopération, avec un cahier des charges environnementales… qui méne vers moins de prélévements sur la nature…
      Tout cela ne pourra se faire qu’après une prise de conscience et donc grâce à une information dépouillée du lobbying, qui souvent,avance masqué!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s