FMI (International Monetary Fund)

Pourquoi les candidatures à la direction de cette institution seraient-elles réservées aux seuls défenseurs plus ou moins zélés du système économique ultra-libéral?

Pourquoi, le poids de cette institution étant énorme, sa direction ne pourrait-elle pas être choisie autrement pour mettre en œuvre une autre mondialisation?

Les relocalisations nécessaires pour réduire les rejets de GES, par exemple, renforcent à juste titre l’autonomie locale. L’autonomie locale, facteur de dignité si elle est démocratique, ne peut pas régler les problèmes qui requièrent des réponses mondiales.

Mais le FMI pourrait jouer un autre rôle que celui qu’on lui connaît au service de grands intérêts financiers privés, pour, au contraire, favoriser des alternatives financières au service d’alternatives sociales et environnementales!

Les politiques de décroissance des services et bien publics qu’il impose au profit de la croissance sans fin de la rentabilité financière, ne préparent pas les réponses aux crises environnementales à venir. Elles ne préparent pas les réponses humanistes aux crises sociales non plus.

Une autre gouvernance mondiale s’impose. Les recroquevillements chauvins ne sont pas la bonne voie.

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s