Liberté de la presse mais aussi éthique de l’information

La liberté de la presse est un élément fondamental de la démocratie.

On peut comprendre qu’un journal d’opinion, dont les appartenances sont clairement identifiées, exprime des avis orientés en fonction de ces idées.

En revanche, prétendre qu’on est un journal libre, alors qu’en fait l’information est plus ou moins discrétement orientée par les intérêts de propriétaires liés au système du libéral-totalitarisme, est une menace pour la démocratie.

Le citoyen doit pouvoir avoir accès à une information de qualité, en dehors des servilités, voire des servages, économiques.

Le programme du CNR contenait ces extraits, à propos de ce qui devait être mis  en oeuvre à la libération:

« la liberté de la presse, son honneur et son indépendance à l’égard de l’Etat, des puissances d’argent et des influences étrangères »

« l’instauration d’une véritable démocratie économique et sociale, impliquant l’éviction des grandes féodalités économiques et financières de la direction de l’économie »

Je rappelle que ce programme du CNR avait été adopté par des représentants de partis allant de la droite classique à l’extrême-gauche.

Ceci serait la voix de la sagesse quand on constate les dérives actuelles, qui préparent ou complètent ce que j’appelle le libéral-totalitarisme.

La solution aux dérives actuelles et qui passerait par un serment prêté par les journalistes, comparable à celui des médecins, pourrait être un premier pas face à la puissance économique des groupes privés. C’est la solution proposée par George Monbiot, du Guardian, sur son blog:

http://www.monbiot.com/2011/07/11/a-hippocratic-oath-for-journalists/

Cette prise de conscience est un pas en avant mais elle ne pose pas le principe de la propriété privée des moyens d’information.

Le programme du CNR était donc bien en avance sur son temps, dans ce domaine comme dans d’autres.

L’idée de Triptyque Économique est aussi une solution dans ce domaine: un tiers des médias dans le cadre du système coopératif: propriétés de sociétés de coopérateurs, soit lecteurs, soit journalistes et employés du journal ou de la radio ou de la TV, soit une combinaison des deux. Cela a existé, avec parfois des difficultés économiques qui servent de prétexte pour privatiser. Pourquoi ne pas nationaliser au lieu de privatiser? Pourquoi ne pas favoriser les aides au secteur coopératif dans ce cas?

La gestion, que ce soit dans le secteur coopératif, dans le secteur collectif ou privé doit être rigoureuse.Mais un défaut de gestion ne doit pas se traduire par une privatisation. Quand les banques privées sont mal gérées et se retrouvent en quasi-faillite,  certains pays   nationalisent provisoirement, malheureusement, quelques banques!

Enfin, le secteur collectif, d’état, ou de région doit avoir des moyens d’information non-partisans et sous contrôle démocratique.

Actuellement, dans nos contrées, des élections se préparent. Une écoute attentive des médias montre facilement la partialité de certaines informations: attaques contre certaines personnes, sans droit de réponse automatique, par exemple, sondages qui « oublient » les candidats classés d’office dans la catégorie des « figurants », chaque information ou presque mériterait une analyse et un débat sérieux.

Les dés sont probablement déjà pipés, ce qui fait planer le doute sur la légitimité des résultats.

Le respect de la démocratie et la validité des résultats électoraux passent par une information sérieuse et respectueuse des différents points de vue, en particulier alternatifs, et non par des méthodes de communication qui s’apparentent à de la propagande orwellienne.

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s