Que faire en cas d’effondrement systémique?

Comme un billet antérieur le suggère, le libéral-totalitarisme suivra la même trajectoire que tout: naissance, adolescence, maturité, dégénérescence puis fin.

Les fins sont parfois des agonies, parfois brutales.

Où en sommes-nous?

Dans « Collapse » (Effondrement), Jared Diamond a montré comment certaines communautés humaines ont fini, après épuisement des ressources.

Si l’on pense que la résilience collective existe, il serait judicieux de méditer et de chercher des alternatives avant qu’une phase de barbarie ne permette éventuellement de retrouver un équilibre.

Une éducation collective au partage, au don, au troc, à des systèmes de SEL, pourrait permettre d’éviter cette phase de brutalité qui peut suivre un effondrement systémique.

L’autonomie locale dans un esprit de coopération authentique pourrait être un autre facteur de résilience. Encore faut-il réapprendre les traditions ancestrales dans ce domaine, car la machine s’est appliquée à les effacer.

Cet effondrement se produira-t-il progressivement? Si oui, ces solutions peuvent permettre le début d’une reconstruction. Dans ce cas quelle sera la première contrée à faire ce choix?

Ensuite, si cela a été efficace, il conviendra de reconstruire un monde équilibré sur la base de la coopération au lieu de la concurrence, du polychrome au lieu du monochrome, du partage au lieu de l’égoïsme.

Le survivalisme à la mode chez certains américains, à la suite de grandes peurs collectives, a évolué vers le néo-survivalisme, moins individualiste:

http://fr.wikipedia.org/wiki/Survivalisme

Le mieux est tout de même, pour un esprit cartésien, d’éviter ce genre de situation et d’envisager sereinement un ou plusieurs changements de paradigmes sociétaux au vu de nos connaissances actuelles et des risques que nos sociétés font peser sur l’avenir des générations suivantes.

Quand on sent une dérive qui éloigne le navire de sa trajectoire, il convient de changer de cap avant de heurter des récifs . S’il est impossible de remonter au vent, une bonne ancre peut suffire pour gagner du temps et méditer pour trouver un itinéraire alternatif.

Le Triptyque Économique est une ancre, une phase intermédiaire pour résister à la dérive ultra-libérale. Si l’ancre accroche, d’autres idées émergeront pour « rebondir »: c’est cela la résilience!

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Que faire en cas d’effondrement systémique?

  1. Oui, le système des SEL peut se substituer à une économie effondrée, l’exemple de l’Argentine
    nous l’a démontré ; mais espérons ne jamais en venir là ! ce serait un peu comme revenir à la
    bougie ! L’Economie Sociale et Solidaire serait une partielle solution intermédiaire souhaitable.
    B.P. à Paris 12è et de retour de Clermont – Ferrand

  2. janmali dit :

    A propos de l’Argentine, vous vous trompez. Bien sur la vie n’y est pas facile pour tout le monde, mais avant comme après, peu de choses ont changé. Il y a toujours les « occidentaux » qui ont de l’argent, constituent une oligarchie « calme » mais seulement en sommeil. Les grandes manifs ont été déclenchées car les « occidentaux » (blancs) avaient fait des emprunts en USD, souvent planqué dans les banques et ont du, suite au décrochage de la monnaie, les rembourser en Ar Pesos qui ne valaient plus que le 1/5 du USD (donc 5 Ar $ contre 1 USD. Ils ont donc manifesté, poussés les pauvres a tout casser et qui en ont profité et le gouvernement a cedé ce qui fait que maintenant, ils remboursent 1 Ar Pesos contre 1 USD et l’état, rembourse les 4/5émes pendant que l’argent, en USD, est sur des comptes bien gardés. Donc tout le monde rembourse les 4/5 éme de la dette des classes moyennes, ce qui n’est pas très juste, avouez le ! Une grosse moitié de la population est blanche, occidentale , libérale, raciste, professions libérales et qui a bien collaboré, ou pour le moins regardait ailleurs, sous la dictature. L’autre moitié est plus foncée, trime comme des bêtes, a du mal a vivre.

    • jmmasson dit :

      Je pensais aux expériences alternatives auto-gestionnaires comme dans un hôtel de la capitale.Il s’agit de pistes et non pas, bien sûr d’une approbation de ce qui se passe maintenant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s