Stéphane Hessel et Edgar Morin dans le même livre

« Le chemin de l’espérance » (Fayard).

Ils sont enfin passés de l’indignation à des propositions.

J’ai deux commentaires à faire:

– p.59 ils signalent quatre sources d’inspiration pour réduire le libéralisme: « la source libertaire, la source socialiste, la source communiste, la source écologiste »

Le Triptyque Économique se fonde sur trois courants de pensée:

http://www.reporterre.net/spip.php?article2017

Ce n’est pas antinomique! L’idée d’un secteur économique libéral n’était pas exclue du programme du Conseil National de la Résistance. Il ne manquait que le cadre pour contenir son atavisme qui consiste à toujours dévorer ce qui est à sa portée: je propose qu’il soit cantonné à un tiers en terme de PIB et de nombre de personnes actives.

Cela permettrait peut-être de rallier contre les dérives du libéral-totalitarisme de nombreuses personnes qui se trouvent à l’aise dans un système libéral mais qui ne veulent pas pour autant empêcher d’autres approches: des libéraux modérés, républicains et démocrates, en somme. C’est en regroupant bien au-delà des grands clivages qu’il sera possible de rompre l’emprise du libéral-totalitarisme.

-p.36: la proposition « d’économie plurielle » conduit à compléter ce qui précède. Le terme « pluriel » implique l’idée de différence. Une dose de système libéral compléterait probablement de manière judicieuse cette piste.

Ce qui est dangereux en tout est le monochrome. Chaque système peut créer sa propre perversion. Le communisme a dérapé dans sa forme totalitaire: le stalinisme. Le libéralisme économique est en train de se transformer en libéral-totalitarisme. D’ailleurs certains régimes franchement totalitaires de droite ont bien favorisé le libéralisme économique, ce qui devrait faire réfléchir ceux qui sont sous le charme de « sirènes » nationalistes. Les sociaux-démocrates, parfois totalement asservis aux « marchés » ne sont-ils pas non plus arrivés à une sorte de  perversion de l’idée de départ, qui consistait à modérer les « marchés »?

Vive la polychromie économique mise en œuvre par des êtres humains de bonne volonté!

Les « fanatiques » ne sont pas toujours ceux que l’on désigne comme tels! Nous sommes en ce moment à la merci de fanatiques du libéral-totalitarisme!

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Stéphane Hessel et Edgar Morin dans le même livre

  1. François Harotte dit :

    Bonjour Jean-Michel,
    Je suis content que tu évoques ce petit livre bien utile depuis les désirs d’actualisation du programme du Conseil National de la Résistance. Il y fourmille de pistes pour que nous, citoyens, puissions nous (ré)investir dans la vie de la cité et de la ruralité. Développer ce que nous voulons voir croître ; dénoncer et réduire ce que nous souhaitons voir décroître parce que nuisible à la planète et à l’homme dans un objectif de mieux vivre parait une démarche « raisonnable ».et peut-être la seule efficace. Les propositions concernant l’économie (plurielle) sont compatibles avec l’essentiel de ce que tu penses et écris dans ce blog. Si tu trouvais un mot plus attirant que triptyque qui évoque notamment les rétables du Moyen-âge et nous dire comment on limite à un tiers (33%) les sources économiques, je crois que tes développements seraient encore plus repris. Bien amicalement

    • jmmasson dit :

      Merci François pour ces deux suggestions.Concernant les tiers…ce sont des objectifs à définir collectivement. Quelle activité pour tel secteur ou un peu de chaque lorsque c’est possible?
      Concernant le mot « triptyque »: je m’appuie sur ce qu’on appelle le trityque républicain: liberté-égalité-fraternité, chers à certains humanistes… Pourquoi pas « économie polychromique »? Mais il n’ y a alors plus de « tiers ». L’idée des « tiers » est aussi liée au projet du CNR: il n’y avait pas de limites chiffrées pour chaque secteur et donc le libéralisme s’est jeté sur les autres secteurs fragilisés par des pouvoirs politiques progressivement asservis par le libéral-totalitarisme.Il n’ y a pas de rigidité du tout dans la proposition sauf qu’il faut donner une masse critique aux secteurs publics et coopératifs…
      Ceux qui ont d’autres suggestions de nom ou d’objectif sont cordialement invités à les exprimer dans des commentaires.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s