Jardins populaires ou béton?

http://piedsurterre.blogspot.com/

Ce site répond à la question posée dans le titre de ce billet.

Quand on parle de « décroissance », il ne s’agit pas de tout faire décroître.

Il y a des domaines où le bon sens impose de décroître, comme la bétonnisation de tout, et d’autres où, à l’inverse, la croissance s’impose: par exemple le retour à des productions vivrières locales pour réduire les déplacements générateurs de GES.

Dans une période de crise systémique et avant les effets délétères de la crise liée aux changements climatiques anthropiques,  est-il logique de dilapider l’argent qui reste pour « divertir » le bon peuple rendu naïf?

N’est-il pas plus logique de développer les moyens de l’autonomie locale?

Qui marche sur la tête?

Dans cette ville, le projet de grand stade semble être enterré: mais ailleurs?

Il faudrait qu’une multitude d’actions locales permette de geler tous ces projets délirants,  ou peut-être faut-il une action d’ampleur nationale?

J’ai lu sur Médiapart, grâce à  un Ami du Triptyque Économique, une fiction qui suggère des manifestations silencieuses de nuit pour exprimer l’indignation. Cela ne pose pas le problème financier des grèves. Une idée à suivre!

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s