Europe: les bonnes questions

 

L’absurdité des guerres européennes avait poussé les fondateurs de l’Europe à  remplacer les concurrences chauvines par des coopérations.

Malheureusement, le poison du libéral-totalitarisme a perverti cet idéal au point que les replis chauvins se manifestent à nouveau avec tous les risques que cela implique.

Quelle Europe cette génération lèguera-t-elle aux générations suivantes?

Un patchwork de dominos agressifs les uns envers les autres ou un flambeau lumineux pour ouvrir la voie de la fraternité universelle nécessaire pour juguler, par exemple, les défis liés aux changements climatiques anthropiques?

Nous sommes à une croisée de chemin. La soumission à la dictature des marchés doit céder la place à un Europe de la coopération et de la solidarité pour éviter le retour à la folie collective.

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s