« La Croissance Autrement » ou la décroissance?

Les ondulations assez régulières et délétères de la « croissance » dans le cadre du libéralisme, aggravées par l’ultra-libéralisme, et maximales sous le joug du libéral-totalitarisme, sont un défi à l’encontre de la sagesse et de l’humanisme.

Que de victimes pour satisfaire les craintes et phobies spéculatives!

Les phases de ralentissement sont souvent subies comme des drames potentiels:

http://www.reporterre.net/spip.php?article2466

Cet article, en anglais conduit à la question suivante: « Que se passera-t-il quand la Chine ralentira? »,  pastiche d’ un ouvrage célèbre.

La croissance perpétuelle de tout étant impossible dans l’état actuel de nos connaissances, en raison des limites matérielles en ressources et des conséquences désastreuses de l’hyperactivité humaine sur les équilibres naturels, en particulier le climat, il faudra bien un jour s’adapter à ces contingences.

La crise majeure à venir sera probablement celle liée aux changements climatiques anthropiques. Tenter de la juguler est possible,  à condition de mettre en œuvre rapidement des mesures pour freiner ses causes. Le fanatisme de certains dirigeants de grands pays sous influence des lobbies ultra-productivistes qui s’appuient sur l’idéologie du libéral-totalitarisme a réduit les ambitions de Durban à une peau de chagrin.

Le choix macro-économique humaniste se situe entre le passage à un autre type de croissance,

http://dtwin.org/WordDD/2012/01/03/economie-et-populisme-sortir-de-leuro-par-j-sapir/ ,

ou des formes de décroissance. Le scénario Négawatt, par exemple, peut s’inscrire dans cette approche.Le courant de pensée « décroissant », souvent ridiculisé par les petits-soldats du système actuel, est pourtant une piste à creuser.

Il y a des domaines ou la décroissance dure s’impose, faute de quoi les adaptations seront brutales: les rejets de GES, le mésusage massif des pesticides, le gaspillage des ressources limitées.

La solution passe probablement pour le court-terme par un mélange de ces deux pistes:une autre croissance et de la vraie décroissance.

La notion de décroissance raisonnée, dans certains domaines, fait l’objet d’un black-out quasi total dans les grands médias. Ce n’est pas ma conception de la démocratie. Comme il s’agit d’un  nouveau courant de pensée,  j’ essaie de le faire connaître.

Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s