Climat et énergie nucléaire

http://www.monbiot.com/2012/03/15/no-primrose-path/

Pour George Monbiot, la crise climatique est la crise majeure. Les catastrophes nucléaires sont plus locales et donc, il faut choisir le moindre mal pour continuer d’avoir de l’énergie.

L’aspect « local » et limité des catastrophes nucléaires mérite plus d’investigations. Les nuages radioactifs circulent librement et sont insensibles aux lignes Maginot!

Je ne sais pas si Monbiot prend en compte les réductions possibles de consommation d’énergie grâce à des mesures du type « négawatt ». Je ne sais pas s’il est vraiment techniquement possible de fournir de l’uranium longtemps et dans des conditions dignes. Pourquoi enterrer les déchets si dangereux , si comme l’avancent certains, ils pourraient resservir dans de nouveaux réacteurs?

En tout cas, ce débat est également bien mal abordé dans les « joutes » électorales.

Faut-il vraiment choisir le moindre mal? Pour ceux qui habitent dans une zone contaminée pour longtemps à la suite d’une catastrophe, le mal n’est pas « moindre »!

Si le débat des années 70 sur la limite de la croissance n’avait pas été esquivé, les centrales n’auraient peut-être pas vu le jour telles qu’elles sont:

http://www.reporterre.net/spip.php?article2736

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s