Tina or Triptyque: that is my question!

Un livre à lire rapidement: « Les Imposteurs de l’Économie » de Laurent Mauduit (Éditions Jean-Claude Gawsewitch).

Le syndrome collectif « Tina »( there is no alternative) , en français, « il n’y a pas d’alternative » (j’ajoute:  » à la pensée unique du libéral-totalitarisme »), fait des peuples zombifiés des victimes de l’ultra-libéralisme.

Voir la présentation de son ouvrage par l’auteur lui-même:

http://blogs.mediapart.fr/blog/laurent-mauduit/260312/les-imposteurs-de-l-economie

Contaminés par l’argent-roi, certains zombifient le public en faisant croire que la solution aux maux divers suscités par l’ultra-libéralisme est davantage de libéral-totalitarisme. Leur fort DIPULT (voir billet du 21 janvier 2012), accentué dans certains cas, selon Laurent Mauduit, par une forte dépendance financière, les transforme en petits soldats de la machine infernale.

Bien sûr, tous les économistes ne sont pas contaminés:

http://www.alternatives-economiques.fr/

Dans « Marchands de Doute » (Éditions du Pommier), Naomi Oreskes et E. Conway ont parfaitement montré comment, dans le domaine des changements climatiques anthropiques, certains adeptes de l’ultra-libéralisme ont tenté de masquer les risques en trichant,  par l’intermédiaire d’ « experts » rémunérés à cette fin.

Pourquoi ce rapprochement entre deux problèmes différents?

Une raison simple: ce que j’appelle le libéral-totalitarisme envahit tous les domaines pour faire avaler  aux zombifiés des croyances dogmatiques dont certains tirent de bons profits et leurs mandants un maximum de profit.

Il serait intéressant d’étudier domaine par domaine comment la doxa ultra-libérale contamine tout.

Dans le domaine médical, les dépassements d’honoraires, massifs dans certains cas pour de « grands experts » ne sont-ils pas une étape importante vers une situation similaire?

D’un côté des « experts » surpayés directement ou indirectement, de l’autre les laborieux qui refusent la dépendance financière… souvent parce qu’ils ont de vraies valeurs éthiques. La question est de savoir si ces valeurs résisteraient à un afflux de propositions indécentes!

Dans un billet précédent, j’ai demandé pourquoi, dans une émission télévisée, « l’économiste de service », qui posait des questions aux candidats à une élection importante dans nos contrées, ne portait pas de correcteur de Dipult, et pourquoi il n’y avait pas de questions « alternatives ».

Cherchez la réponse!

Les élections, primaires ou pas, se succèdent et le DIPULT s’aggrave.

Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s