Quel travail!

Un article brillant, que ceux qui prétendent « célébrer » le travail en oubliant ce qu’est le travail, devraient méditer:

http://www.democratie-socialisme.org/spip.php?article2617

Dans nos contrées, le 1er Mai est le jour du travail. Traditionnellement, ce jour était une occasion de rassemblements plus ou moins unitaires organisés par les organisations syndicales.

Bien curieuse célébration quand certains de ceux qui veulent organiser d’autres  rassemblements sont parfois défenseurs  d’un système économique qui ne glorifie pas le travail mais l’exploite honteusement, ou qui parfois le supprime parce qu’il n’est pas « rentable »!

Bien curieuse célébration quand d’autres encore profitent de cette journée pour agiter un brouet dangereux. Les « immigrés » ne sont pas responsables d’une mécanique économique qui les a attirés pour ensuite les rejeter.

Remettre en cause « le système » implique une autre approche de l’économie.

Qui propose de favoriser le travail sous forme de coopératives sur le principe un être humain/une voix afin que la relation malsaine employeur/employé soit remplacée par un système plus fraternel?

Enfin une autre  question n’est pas posée: travailler plus pour quoi faire? En effet, plus de travail est souvent synomyme de plus de production et donc de plus de rejets de GES et autres pollutions.

Les limites matérielles des ressources imposent une réflexion sur l’intérêt du prétendu « vrai » travail!

Le mot « vrai » suppose qu’il y a du « faux » travail. Quel manque de respect pour les exclus du système ultra-libéral et pour ceux qui tout en travaillant beaucoup n’entrent pas dans les critères de la doxa de l’ultra-libéralisme ou du  libéral-totalitarisme!

Le travail peut être épanouissant, mais il peut aussi être aliénant. L’exploitation du travail peut aller jusquà l’esclavagisme.

Pire: certains ont prétendu que le travail libérait. La formule orwellienne « Arbeit macht frei », à l’entrée d’un camp de concentration, qui utilisait le travail forcé pour éliminer physiquement, est une horreur cynique absolue.

Ne serions-nous pas sur une pente glissante?

Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s