Le ministère de Benoît Hamon

avait été une bonne surprise pour ceux qui ne sont pas complètement « dipultés » ( entrez le mot « Dipult » dans la case « recherche », si vous ne comprenez pas):

L’ESS (Économie Sociale et Solidaire) recouvre des réalités très différentes dont le point commun devrait être l’absence de rémunération d’un capital spéculatif extérieur, et donc une certaine indépendance par rapport au système du libéral-totalitarisme. Toutefois, certaines grosses structures sont plus ou moins  imprégnées par l’esprit « dipulté »  et sont impliquées dans le consumérisme et productivisme.

J’attendais de  l’action de ce ministère  le développement massif de petites coopératives dans le domaine de la relocalisation démocratique et sur une base environnementale sérieuse.

En tout cas, ce premier pas s’inscrivait parfaitement dans ce que j’attendais pour commencer à quitter le monochrome du libéral-totalitarisme.

Ce ministère aurait pu être associé au ministère de l’éducation et à celui de l’enseignement supérieur, en particulier pour concevoir des modules d’enseignement  qui auraient préparé à une autre approche de la gestion économique, en particulier dans certaines écoles de « commerce ».

Encore une perspective qui a fait trois petits tours avant de s’envoler!

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s