Entre croissance et décroissance: quelles sources d’énergie?

Il faudra bien un jour se poser de vraies questions. La croissance, telle que nous l’avons connue pendant des décennies, n’est désormais plus « soutenable ».

Les contingences environnementales devront bien un jour être au coeur de nos choix politiques et il faudra cesser le double-langage:

http://www.france.attac.org/articles/croissance-et-climat-la-schizophrenie-politique

Un jour, « on » a organisé un « Grenelle de l’ Environnement », un autre « on » a trouvé que l’écologie cela suffisait.

« On » nomme un nouveau ministre de l’écologie et « on » cherche à relancer la croissance sans préciser d’ailleurs sa nature.

D’autres ont fait un choix radical par rapport à la sacro-sainte « croissance »:

http://www.partipourladecroissance.net/?p=7339

Et puis, il y a toujours la possibilité  de se tourner vers de nouvelles énergies, plus respectueuses de la nature, dans le cadre de la « croissance autrement », comme l’appelle mon ami Serge Clavero( http://dtwin.org/WordDD/about/ ) .

Ceci dit, le rêve prométhéen d’une nature sous la coupe des hommes se perpétue:

http://www.greenetvert.fr/2012/05/22/apres-la-geothermie-lenergie-geomagmatique/58248

Un Héphaïstos des temps modernes, en somme!

A propos de ce dernier exemple: parmi les lecteurs scientifiques, qui en avait entendu parler? Il serait intéressant de vérifier s’il ne s’agit pas d’une plaisanterie et, dans le cas où la réponse serait négative, de vérifier l’empreinte environnementale globale de cette méthode.

Et si cette technique était possible, pourquoi ne pas se l’approprier collectivement et  localement plutôt que d’attendre la reconversion des oligarchies des énergies sales, qui ne manqueront pas une occasion de continuer leur « business »?

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Entre croissance et décroissance: quelles sources d’énergie?

  1. Denis dit :

    Axiome de base : « On ne peut croître indéfiniment dans un monde fini ! »
    Tout le reste en découle : que ce soit en terme d’économie ou de population.
    La seule question est de savoir où nous en sommes. Et de ce point de vue, tous les indicateurs semblent être dans le rouge :
    – réchauffement climatique,
    – pénurie prochaine des énergies fossiles, des métaux et de l’eau douce dans de nombreuses régions du globe,
    – extinction massive de la biodiversité,
    – recul de la nature (déforestation, artificialisation des sols / perte des terres arables),

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s