Agnatologie

J’ai rencontré ce terme pour la première fois en lisant la postface de Bruno Latour dans un ouvrage dont je recommande vivement la lecture: « Controverses climatiques, sciences et politique « Éditions SciencesPo. Les Presses « . Il s’agit de » la science de l’ignorance volontairement induite ».

Il s’agit d’une analyse des méthodes de propagande manipulées par certains intérêts privés à travers des think-tanks aux ordres. La méthode a été rodée à propos du tabac. Elle culmine ces temps-ci à propos des changements climatiques anthropiques.

La démarche est orwellienne: certains comploteurs accusent  de complot des scientifiques qui parfois ne comprennent plus pourquoi on s’acharne contre eux. Le fin du fin est bien évidemment de susciter des carrières « spontanées » pour répandre des contre-vérités qui ont été souvent vérifiées et … contredites. Une fois le « virus » installé, il se répand facilement au point d’empêcher d’écouter ceux qui ne cessent de s’efforcer de faire connaître l’état des certitudes et celui des incertitudes . C’est ce qu’ont compris et c’est le but de ceux qui ont recours à ces méthodes.

L’agnatologie c’est plus que le mésusage du doute. C’est une dérive malsaine du vrai doute, de celui qui mène à vérifier sans cesse.

Lisez également »Marchands de doute » de Naomi Oreskes et E. Conway aux éditions du Pommier.

Nos concitoyens, massivement zombifiés par une information à fort Dipult et souvent liée aux intérêts à court-terme de clans oligarchiques qui ne facilitent pas la sortie de l’agnatologie, en sont au stade où il ne supportent parfois même plus la suggestion de regarder un peu plus loin que le guidon consumériste.

Esprit moutonnier? Esprit fondé sur l’hédonisme?

Mais au bout du chemin, il y a le mur de la finitude. Qui en parle?

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Agnatologie

  1. jourdan dit :

    La crise actuelle va durer et s’aggraver parce que ce n’est ni une crise conjoncturelle ni une crise passagère. Ni une crise financière ou économique ni une crise politique, mais une crise globale de la civilisation capitaliste. Parce que tout se tient dans la nature (philosophie matérialiste), que tout dépend de tout et que tout agit sur tout. J’entends par civilisation la manière d’agir et de penser tant des individus que des États, de concevoir l’Homme et la société, et de gouverner cette société. Parce qu’on ne peut pas changer tout en voulant rester le même. Parce qu’on ne peut pas changer sans vouloir toucher à rien, cette crise n’aura pas de solution dans cette civilisation. Le règne du chacun pour soi, de la loi du plus fort et du malheur au vaincu, tant entre individus qu’entre les nations qui la caractérise, nous conduit naturellement à une catastrophe sans précédent. Plus question de dire « après moi le déluge » car le déluge est pour demain. Étant donné les armes de destruction massive existant actuellement, il est à souhaiter que les puissances financières de ce monde se sentant menacées, ne soient pas tentées de résoudre cette crise majeure par une guerre, dont on peut imaginer les terribles conséquences pour l’Humanité.savamal.
    aj

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s