RIO+20: la crise de la dette de papier monnaie est une crise de papier

La crise de la dette environnementale, quant à elle, sera une vraie dette, une dette envers toutes les générations à suivre car notre hyperactivité et notre nombre auront modifié gravement les équilibres naturels qui ont permis à l’humanité de prospérer dans le court-terme.

La lucidité conduit à exiger plus qu’une financiarisation de la nature, plus que le business vaguement vert:

http://www.reporterre.net/spip.php?article3031

http://www.monbiot.com/2012/06/18/the-mendacity-of-hope/

Ce beau texte, en anglais (voir dans la colonne de droite l’aide à la traduction), montre que malgré tous les échecs et malgré les lenteurs, c’est l’espoir qui pousse les altermondialistes à toujours rechercher un changement de paradigme global, qui préserve la planète pour préserver l’humanité qu’elle héberge.

Addendum 2016: pire que des lenteurs, nous sommes au stade des reculs. Deux pas en avant, un pas en arrière pour rester optimiste!.

Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s