Crimes économiques: le logement?

On se focalise actuellement sur les dérives financières du système, en particulier à propos de certaines banques qui confondent leurs activités avec celles de certains lieux où l’on pratique des jeux d’argent proches de la méthode du poker menteur. Ici ou là, on commence à parler de sanctions.  Les crimes « économiques » ne se limitent peut-être pas à la finance. Voyons le cas du logement:

1- Éloignement

Le coût incontrôlé, parfois à croissance exponentielle, du logement urbain a incité massivement à la construction de pavillons dans des  banlieues de plus en plus éloignées des zones d’emplois. La civilisation fondée sur le pétrole, et son prix longtemps contenu, a facilité ce mouvement.

Outre son emprise de plus en plus marquée sur des terres qui auraient pu servir à l’agriculture vivrière, ce phénomène sociétal conduit à une augmentation considérable des déplacements motorisés et donc des pollutions liées, comme le rejet de CO2.

Si la ressource en pétrole se tarit ou si des politiques sérieuses sont mises en œuvre pour tenter de  limiter les conséquences des changements climatiques anthropiques liés au fait de brûler tant d’énergie fossile, que deviendront les habitants de ces maisons, comment se déplaceront-ils, quelle sera la valeur de leurs maisons?

En sachant que les limites matérielles des ressources fossiles sont en vue, le fait de continuer le laisser faire dans ce domaine, ne relève-t-il pas du crime économique?

Comme un des liens ci-dessous le suggère, chacun est libre de faire d’autres choix. Certes, mais à condition d’être « éclairé » autrement que par des publicités, trop souvent outils de guerre de la machine ultra-libérale au service des oligarchies. De plus, une fois le choix fait, il n’est guère réversible!

Crime économique, commis par de « grands » dirigeants publics et privés qui ont favorisé le laisser-faire, ou qui en ont profité.

La solution passera peut-être par  le retour à l’autonomie locale en tant que voie de l’avenir : énergies renouvelables et maraîchage locaux seraient alors des solutions de départ. Cela suppose toute une éducation à la coopération qui est parfois incompatible avec le culte de l’habitat individuel fondé sur l’isolement, souvent nourri d’individualisme.

Cela suppose une réorganisation complète du commerce.

Cela suppose aussi des moyens d’échanges pour se procurer ce qui ne peut pas être produit localement, même en le réduisant au maximum.

2- Habitat collectif

Depuis  longtemps, les grands centres urbains se développent considérablement et de nombreux logements de piètre qualité y ont été construits avec des normes d’isolation médiocres pour le bruit et la chaleur. Cela commence à évoluer, mais très lentement. Le bon sens commencerait par l’isolation du parc existant. Faire peser sur les habitants la mise aux normes est quasiment impossible. Si on s’intéresse à la facture des importations d’énergie et qu’on la met en perspective avec les travaux de mise aux normes nécessaires, il serait peut-être moins coûteux pour la collectivité de participer financièrement à ces travaux pour éviter de dépendre d’importations dont le prix augmentera considérablement. Les dettes actuelles, et la difficulté à les rembourser, donnent une idée de ce qui se passera en cas de crise de l’énergie fossile. Ne pas activer ces travaux ne relève-t-il pas du crime économique, voire de la simple trahison économique?

Ce problème est d’ailleurs similaire pour tout l’habitat ancien, individuel ou collectif. Sachant que la durée moyenne de vie d’une habitation est autour du siècle, l’attente du renouvellement par la transformation en ruines ne relève-t-elle pas également du crime économique?

Concernant le commerce de proximité, l’exploit a été réalisé: la création de grands centres commerciaux en périphérie condamne urbains,  péri-urbains et villageois à tous utiliser des véhicules individuels pour y faire toutes leurs courses ou presque!

Un système délirant: en cas de crise brutale de l’énergie, que se passera-t-il?

On voit que tout confier à l’initiative privée, fortement imprégnée du poids de certaines oligarchies, qui ont prospéré grâce à ce système, est parfaitement incohérent. Continuer dans cette voie, alors que maintenant « on sait », ne serait-il pas un délit à sanctionner?

Le rôle d’un « état » sérieux aurait dû être d’organiser tout cela en fonction du long terme. La première crise du pétrole liée à l’émergence de l’OPEP aurait dû être prise beaucoup plus au sérieux.

La sanction permet de limiter les gros excès, mais change-t-elle le système?

3- Pollutions « domestiques » dans l’habitat collectif ou individuel

Parfois situées à proximité de routes surchargées, d’aéroports, les habitations inhalent les pollutions extérieures chargées de particules nocives. Même le chauffage au bois produit des particules qui posent problème. Dans les concentrations urbaines, l’addition de toutes ces pollutions locales a des effets délétères.

Mais d’autres pollutions proviennent de l’intérieur de l’habitat. Les liens qui suivent montrent en particulier les risques liés à l’accumulation de certains produits toxiques liés à l’ameublement et à la décoration.

Une information appropriée des consommateurs peut-elle les aider à faire de meilleurs choix? Sans doute oui, pour une petite minorité motivée. Cependant, le locataire d’un appartement aura bien du mal à faire changer les meubles de salles de bains ou de cuisines intégrées. Seule une réglementation sérieuse peut faire changer tout cela,  éventuellement en ayant recours à des sanctions pour les entrepreneurs qui ne l’appliqueraient pas en toute connaissance de cause. On peut compter sur la méthode bien au point des « Marchands de Doute » ( Naomi Oreskes et E. Conway) pour que les décisions soient reportées le plus longtemps possible. L’exemple de la lenteur étant le cas de l’amiante, dans nos contrées. Qui règle la facture du désamiantage dans l’immobilier privé? Dans ce domaine, et dans certaines contrées proches, des sanctions judiciaires tardives et lourdes ont été prises contre certains responsables industriels. Mais quelle sanction contre les états qui les ont « laissé faire »?

Encore une fois, la question se pose de savoir s’il faut remettre dans le droit chemin par des sanctions ceux qui commettent des « crimes économiques » dont les conséquences sont, dans le cas présent, environnementales et humaines, ou s’il ne serait pas   judicieux de proposer en plus une économie plurielle avec des cahiers des charges stricts, dans ce domaine notamment. La responsabilité ne peut incomber seulement à l’usager « enfumé » par les outils de propagande du système, mais essentiellement à ceux qui profitent de ce  système pour vendre des produits dont on connaît la dangerosité. Les responsabilités des autorités politiques sont aussi majeures. Qui sera  jugé dans ces affaires?

Pour terminer sur une note optimiste, certains des liens qui suivent fournissent des solutions pour éviter une partie de ces pollutions intérieures:

Bibliographie en ligne et liens divers pour connaître ces pollutions domestiques et quelques remèdes:

http://www.consoglobe.com/polluants-domestiques-1630-cg

http://seme.cer.free.fr/ecologie-sante/

http://environnement.ecole.free.fr/une%20pollution%20domestique%20existe-elle.htm

http://lannuaire.service-public.fr/services_nationaux/administration-centrale-ou-ministere_168885.html

http://www.consoglobe.com/mr-pollution-domestique.html

http://www.amazon.fr/Nos-maisons-nous-empoisonnent-pratique/dp/2914717059

http://la.maison.empoisonnee.pagesperso-orange.fr/pollution.air.sante.livre.htm

http://www.aceve-environnement.org/Les-polluants-de-l-air-interieur.html

http://la.maison.empoisonnee.pagesperso-orange.fr/

http://www.terrevivante.org/605-eviter-le-formaldehyde.htm

http://www.caue-mp.fr/uploads/82_biblio_conception_eco.pdf?1337688271

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s