Cooperation forever !

Plus de coopération, moins de compétition, tel est un des buts du Triptyque Economique. Devant les échecs à répétition de la machine à casser les constructions sociales et l’environnement, il me semble que la voie de la sagesse est la coopération, en favorisant les activités respecteuses de l’environnement et locales.

Cette idée d’un retour à la coopération pour lutter contre l’individualisme exacerbé et dangereux se répand, pas seulement chez les altermondialistes, car il s’agit de bon sens.

Finalement, pour celles ou ceux qui s’intéressent à l’histoire des idées, il se pourrait que certains utopistes, que le marxisme avait contribué à faire oublier, ait eu en partie raison:

http://www.pauljorion.com/blog/?p=42502#comment-370954

http://temporalites.revues.org/1435

Pour que cet esprit de coopération se diffuse, cela suppose une information qui ne fasse pas le black-out sur les idées alternatives, comme elle le fait parfois:

http://www.reporterre.net/spip.php?article3321

http://www.reporterre.net//spip.php?article3286

La perfection n’étant pas de ce monde, il y aura des échecs. Logiquement, on peut en tirer des leçons  pour apporter des améliorations.

Les libéraux-totalitaires et les staliniens, se servent toujours des crises économiques structurelles pour faire avancer leurs pions à leur façon. En y réfléchissant, avec un minimum de bon sens, leurs échecs à eux sont gigantesques.

Alors pourquoi ne pas tenter la piste de plusieurs systèmes économiques, c’est à dire l’économie plurielle, car l’échec provient bien souvent du monochrome.

L’urgence climatique et environnementale exige de commencer à sortir de systèmes économiques incontrôlés, fondés sur la croissance sans fin et le court-termisme. Seule une coopération généralisée pourra nous sortir de l’ornière.

Certes, on peut individuellement décider de ne plus participer à l’écocide, mais quand le système infernal devient une force continentale, l’action doit changer d’échelle. Le « nation contre nation » est aussi dangereux, car la concurrence alimente la compétitivité et donc la démesure:

http://www.raoni.com/actualites-466.php

http://www.reporterre.net/spip.php?article3299

Favoriser le passage à une pensée coopérative peut aussi éviter « Le Grand Bond en Arrière »:

http://atheles.org/agone/elements/legrandbondenarriere/#article-som

(les critiques négatives de cet ouvrage, mentionnées dans ce lien, sont à mettre en perspective avec l’idée de DIPULT)

Cela concerne le domaine social;  pour l’environnement, voir:

http://www.monbiot.com/2012/10/15/empty-promise/ (en anglais)

Encore beaucoup de liens Internet dans ce billet, mais l’intérêt de ce système électronique est bien de pouvoir « rassembler ce qui est épars »!

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Cooperation forever !

  1. Fabrice P dit :

    Coopérer, c’est à travailler à plusieurs dans un esprit de solidarité. Concurrencer, c’est animal et bestial, il ne reste qu’un gagnant. Amitiés et bon dimanche aux ami(e)s du tryptique.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s