Fin du pétrole: méthode brutale ou progressive?

Il serait temps de passer sérieusement à l’après-pétrole, pour de mutiples raisons.

Climatiques, car la situation devient urgente. La communauté internationale se ridiculise dans des négociations où les égoïsmes l’emportent sur l’intérêt général.

Les lenteurs et atermoiements divers risquent de mener vers la brutalité, brutalité de solutions imposées par des « marchés » découvrant que la spéculation sur la rareté n’aura pas empêché la ressource de s’épuiser.

Economiques et financières, car il serait intéressant de mettre en perspective la part des dettes liée à l’importation massive de produits carbonés, dont les prix croissants auraient dû depuis longtemps inciter à une évolution sérieuse des politiques énergétiques, avec les autres causes de dépenses.

Politiques, car la mainmise des lobbies oligarchiques liés à ces énergies sur les états, a empêché toute évolution sérieuse. Le système ultra-libéral, en place, est également largement à l’origine de cet état de fait. Une évolution vers une économie plurielle, fondée sur davantage d’autonomie locale citoyenne et  une relocalisation de tout ce qui peut l’être afin de réduire les déplacements absurdes et voraces en énergie, seront la base des cahiers des charges.

Culturelles, car le modèle libéral-totalitaire d’Ayn Rand a failli gravement mais les esprits sont imprégnés de cette culture. Il convient d’imaginer un autre « récit », fondé sur le principe de coopération et sur le respect des grands équilibres naturels.

Quelques liens intéressants:

http://petrole.blog.lemonde.fr/2012/11/21/lagence-internationale-de-lenergie-annonce-le-declin-de-nombreux-pays-petroliers-majeurs/

http://www.ucsusa.org/clean_vehicles/smart-transportation-solutions/vehicle-policy/current-policies-and-legislation/how-to-reduce-us-oil-use.html

Il convient de se libérer du poids des lobbies productivistes et financiers dans d’autres domaines, d’ailleurs.

Le risque sera que le monde du pétrole se termine  comme celui de la sidérurgie Lorraine, dans une confusion bien pire, liée au laisser-faire.

La nuance étant qu’il s’agira d’un problème mondial lié à un système global et que les conséquences seront à une échelle gigantesque, sauf si des volontés politiques citoyennes parviennent à imposer la progressivité relativement rapide d’une évolution nécessaire.

Je rêve?

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s