Hervé Kempf

Un livre à lire pour mettre tout en perspective. Un livre dont la lecture est indispensable.

Dans « fin de l’Occident, naissance du monde » (Seuil), il part d’une approche géopolitique pour en venir à la nécessité d’un monde fondé sur la coopération afin de tenter de juguler les crises environnementales liées à l’hyperactivité humaine, dont la crise des crises, celle du climat, pour suggérer de passer à une approche « biolithique » moins prédatrice et plus respectueuse de l’Autre.

C’est une vision globalisante qui donne de la hauteur à un optimisme humaniste: il est urgent de changer de paradigme pour éviter les ravages liés à la finitude des ressources gaspillées.

Cela doit s’appuyer sur une autre culture avec un récit différent et non sur l’accumulation sans fin de biens matériels.

Enfin quelqu’un qui ne confond pas l’épiphénomène avec ce qui est structurel.

Les plaidoyers pour libérer la croissance, les lamentations à propos de
l’honnêteté de tel ou tel personnage, dont bruissent tant de médias, sont alors aisément relativisés.

Hervé Kempf ne confond pas l’accessoire et l’essentiel.

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s