de la « moralisation » à l’alternative

Ce que j’appelle le libéral-totalitarisme, de manière sans doute outrancière, est une épreuve pour les êtres humains et la nature.
Fondé sur l’instinct d’accaparement et ensuite sur la préservation de rentes, il mène l’humanité vers l’impasse.
Incapable de s’autoréguler de manière civilisée, il emporte dans un maelstrom infernal les consciences et les rêves de justice pour tous.
Alors sa moralisation est certes souhaitable, mais ne le supprimera pas et ne sanctionnera que certains de ses excès. Elle met en évidence « les pailles », et non « les poutres »:
http://alternatives-economiques.fr/blogs/gadrey/2013/04/17/les-liaisons-dangereuses-entre-les-politiques-et-le-monde-des-affaires-2-les-liaisons-moins-visibles-mais-lourdes-de-consequences/

Cela suppose une information indépendante du système économique:

http://www.publicintegrity.org/2013/04/25/12571/opening-bush-library-reminder-administrations-broken-government (en anglais)

Depuis des décennies, la machine ultra-libérale s’applique à détruire l’ état: il s’agit désormais de refonder l’état pour qu’il régule les activités parfois délirantes du « business » mais aussi pour qu’il protège le bien-commun et garantisse des droits que le totalitarisme économique ne rêve que de réduire:

http://www.monbiot.com/2013/04/22/the-self-hating-state/ (en anglais)
http://www.coe.int/t/dg3/socialpolicies/socialcohesiondev/trends_FR.asp?

Il serait intéressant que notre Europe, pour sa propre survie, montre aux pays qui la composent qu’elle peut jouer ce rôle d’état protecteur des faibles et qu’elle ne se cantonne pas au rôle de garant d’une concurrence « libre et non biaisée »:

Une évolution de notre Europe vers une reprise en main sociale de l’économie aurait un effet salutaire pour faire cesser la course au moins disant social entre les états qui la composent, pour faire cesser ces « pactes de compétitivité » qui se fondent sur l’asservissement des faibles et la relance productiviste au service des financiers. Ensuite elle pourrait ouvrir la voie à d’autres modèles économiques, moins prédateurs.

Et si la voie du Triptyque Économique était celle du bon sens?

 

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s