Méthode usuelle pour démolir les services publics

Cette méthode est généralement une campagne de dénigrement pour démontrer que le service n’est pas satisfaisant. De la Poste aux hôpitaux, des écoles aux banques publiques, la petite musique a toujours été la même.
Pas original, mais efficace pour persuader les esprits à DIPULT élevé de se laisser dépouiller du bien commun.
Les joueurs de flûte des temps modernes savent parfaitement comment capter les esprits:

http://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Joueur_de_fl%C3%BBte_de_Hamelin

http://fr.wikipedia.org/wiki/Hamelin_(Allemagne)

Privés de leurs enfants, que sont devenus les habitants d’Hamelin?
Privés du bien commun, que deviendrons-nous, sinon des clients, ou pire, des esclaves des accapareurs du bien commun?

J’entends à nouveau le petit air de flûte:

http://www.acrimed.org/article4086.html

Toute construction humaine étant par essence imparfaite, la construction du bien commun nécessite des améliorations perpétuelles, surtout quant le liant entre les pierres se fragilise. Le problème est dans le liant pas dans la pierre!

Le libéral-totalitarisme est une maladie grave du liant.

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s