L’écopsychologie

Faire en sorte que nos concitoyens sortent du consumérisme exacerbé par son outil de guerre, la publicité, implique une éducation populaire alternative.
Mais comment persuader nos concitoyens de choisir d’autres voies plus respectueuses de l’environnement et de l’humain?
Le déclic peut se faire par l’écopsychologie:

http://biosphere.blog.lemonde.fr/2015/06/16/6491/

Ceux qui écoutent les autorités religieuses pourraient lire la dernière encyclique avec intérêt:

http://www.reporterre.net/L-encyclique-du-pape-sur-l-ecologie-est-publiee-en-francais-voici-le-texte

Une psychanalyse serait peut-être nécessaire pour ceux qui affirment parfois appartenir à ce courant religieux tout en soutenant des points de vue désormais incompatibles avec le message de cette encyclique:

http://www.desmogblog.com/2015/06/22/will-these-high-profile-catholics-head-confession-over-pope-s-climate-encyclical

http://www.desmogblog.com/2015/08/11/australian-psychological-society-disturbed-climate-denialist-group-s-misleading-newspaper-advert

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour L’écopsychologie

  1. CLAVERO dit :

    L’encyclique du pape me désole. Mais pas forcément au premier degré. En fait, bien rares sont les penseurs contemporains capables d’enraciner un plaidoyer pour le changement radical et urgent – l’enraciner dans l’histoire longue de la pensée. De même que nous ne progresserons pas dans la vie politique intérieure sans dépasser le gaullisme et nous en démarquer (mais c’est une autre histoire), de même nous ne pourrons renverser la pensée du monde extractiviste qu’en faisant appel à des valeurs que les exploitants eux-mêmes ne pourront que reconnaître.

    C’est peut-être une pensée paradoxale mais ce n’est pas une pensée ambiguë. Elle n’est pas plus ambiguë que notre devise Liberté Egalité Fraternité. Il faudra laïciser cette pensée du pape afin qu’elle s’adresse non plus à un milliard de catholiques mais à 7 milliards d’êtres humains. En ce sens, la pensée des Grecs anciens, quand on la confronte (sans l’opposer) à la découverte de l’Individu, devient pour moi la pierre philosophale d’une recherche tout aussi vitale que celle des machines capables de nous libérer de l’addiction aux énergies fossiles.

    Mais si je cite notre triptyque (républicain, cette fois, cher Jean-Michel) c’est aussi que de nos jours, ceux qui sur le terrain luttent contre les forages et les oléoducs, contre les barrages et les aéroports inutiles – ceux-là sont confrontés à une résistance féroce des puissants – politiques, banquiers, media et industriels confondus. Et dans les luttes les plus légitimes, on voit bien que c’est la démocratie qui est bafouée : pas celle d’urnes devenues des exutoires, mais celle qui exprime une volonté commune, forte – et niée par les puissants. La pensée des pauvres, souvent.

    Vivement qu’arrive un pape collaboratif laïque ! « Mais où étiez-vous donc ? » nous demandait Jean-Luc Mélenchon devant l’affluence à ses meetings. Mais où est ta sagesse, Jean-Luc ? Où est la sagesse des hommes et des femmes politiques ? C’est à eux qu’il revient d’adresser d’urgence au peuple un message clair et simple. Nous avons deux ans pour changer avant d’entrer dans l’irréversibilité. Et à mon avis, ce n’est pas en invitant les grands industriels à la conférence de Paris qu’on va renverser la vapeur de leur propre machine infernale. C’est d’ailleurs ce que démontre avec brio Naomi Klein dans son dernier livre « Tout est possible » (à lire d’urgence). Mais justement, son livre est sans pitié pour le monde ancien. Il ne sert à rien d’ignorer qu’il sera traumatisant, déchirant pour les mineurs d’abandonner un travail pénible mais dont ils sont fiers, ou pour les foreurs offshore… Tout aussi pénible que d’avoir, quoi qu’on en dise, à payer au prix fort une transition énergétique radicale et brutale parce que l’urgence est là.

    Mais qui tient ce discours ? Jean-Michel et quelques autres… Mais pas les media, lesquels ne prônent, au mieux, qu’un centrisme mou. A quoi bon les accuser, me direz-vous ? Pourtant, si un jour un Nuremberg de la Planète avait lieu, ne mériteraient-ils pas de se retrouver au banc des accusés ? La responsabilité des media est énorme. Mais énorme aussi peut se révéler la force des réseaux sociaux le jour où la prise de conscience sera là. Espérons qu’il ne sera pas complètement trop tard.

    Laïques de tous les pays, unissez-vous ! Il faut nous prendre en main, que le ciel soit vide ou qu’il soit chrétien ou bouddhiste ou musulman. L’humanisme est le chemin. Face au capitalisme mondialisé, c’est l’humanisme mondialisé qui doit répondre. Et une vraie démocratie. Cessons de faire la guerre à Planète : c’est contre nous-mêmes que nous nous battons (nous nous battons aussi entre nous pour les dernières gouttes du pétrole empoisonné d’Alberta ou d’ailleurs) avant de nous battre pour l’eau que nous aurons polluée et raréfiée et pour les récoltes sur des terres épuisées.

    Serge

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s