Un monde orwellien

L’adjectif orwellien est à la mode:
« Le système de la globalisation néolibérale craque de toute part »
Curieusement, mes propositions de commentaires sur ce site n’ont pas été prises en compte, ce qui est complètement « orwellien » par rapport à ce que l’on peut lire à gauche de sa page d’accueil.

Globalement, je ne pense pas que la mondialisation ultra-libérale soit en déliquescence; au contraire, elle est comme une hydre en perpétuelle régénérescence sous divers aspects: national-libéralisme, pétaino-libéralisme, gaullo-pétaino-libéralisme après un intermède de libéralisme pseudo-socialiste. Libéralisme économique, cela va sans dire!
Ce sont toujours les mêmes intérêts qui s’accommodent de l’élection de pseudo-révolutionnaires. Regardez les cours de la bourse à Wall Street après l’élection du milliardaire populiste.
Le point commun est aussi la non prise en compte des défis environnementaux, en particulier des changements climatiques anthropiques.
Pour celles et ceux qui se réfèrent à Orwell, relisez La Ferme des Animaux et adoptez les principes de la Common Decency, chers à Orwell:
http://www.journaldumauss.net/?Orwell-la-gauche-l-anti
Les mots voyagent et parfois divaguent: le problème, n’est pas le vecteur mais le signifié.

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s