Liberté de saboter?

Le rêve obsessionnel du libéral-totalitarisme est de détruire toutes les constructions sociales qui protègent notamment contre les prédateurs adeptes de cette approche économique virale.
Comme souvent, George Monbiot décrit ce phénomène en anglais avec une grande clarté. (Possibilité d’utiliser l’aide à la traduction de la colonne de droite):

http://www.monbiot.com/2017/04/07/the-problem-with-freedom/

Le refus de toutes les contraintes sociales est aussi lié au refus de toutes les contraintes environnementales, ce qui est là franchement suicidaire.

Décidément, Naomi Klein avait vu juste dans son ouvrage « La Stratégie du Choc », à lire d’urgence si ce n’est pas déjà fait.

Exigeons la liberté de pouvoir choisir d’autres organisations sociales respectueuses des êtres humains et de l’environnement.

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Liberté de saboter?

  1. Louis Peretz dit :

    L’ultralibéralisme est dénoncé et contrôlé dans mon dernier ouvrage : »L’Economie humaine n’est pas un gros mot » en numérique et ou papier chez Bookelis.com

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s