« les crapules de la république »

Cet ouvrage, de Roger Lenglet et Jean-Luc Touly, rappelle les affaires récentes qui ont contribué à saper la confiance en la politique dans nos contrées.
Un esprit mafieux pervers conduit un certain nombre de personnes à tous les abus. Des agents locaux aux responsables politiques, beaucoup ont été pris la main dans le sac. Le lobbyisme est aussi un facteur considérablement aggravant de la corruption.
Les peines sont dans l’ensemble modestes et tardives pour les corrompus, et les corrompeurs passent souvent entre les mailles du filet.
Cela a de lourdes conséquences financières, mais aussi des conséquences pour la santé de nos concitoyens.
Pire, la gangrène morale contamine un certains nombres de citoyens qui, à l’occasion, ne rechignent pas à donner « une prime à la casserole », en élisant à nouveau certaines de ces crapules.
Des pistes sont suggérées pour faire reculer la corruption.
Un livre à lire!
Personnellement, il me semble qu’en plus, il convient de remettre en cause le système économique ultra-libéral, qui, à la suite des dérégulations, favorise cette perversion collective. Les multinationales posent aussi un grave problème car elles ont des pouvoirs considérables.
Le pillage de l’environnement, du bien commun, et le sabotage des constructions sociales forment un ensemble caractéristique d’un système qui implique des personnes et des structures qui ne sont pas toujours considérées comme des « crapules ».

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s