Décroissance, Gilets Jaunes, Anthropocène

Le mouvement des Gilets Jaunes comporte-il vraiment une prise de conscience de l’ampleur des prédations anthropiques, en particulier de ce qu’implique la lutte contre les changements climatiques anthropiques ?

Non, pour beaucoup de décroissants.

L’activité humaine modifie la planète au point que beaucoup pensent que nous sommes entrés dans une nouvelle ère géologique appelée l’anthropocène.

Pour comprendre ce phénomène, lire « Penser l’Anthropocène »:

http://www.pressesdesciencespo.fr/fr/livre/?GCOI=27246100857760

Face aux trépignements consuméristes, un « débat national » est-il capable de prendre en compte l’ampleur des crises environnementales ?

Ni le « mouvementisme » débridé, ni les gouvernements en place ne semblent être à la hauteur des enjeux environnementaux. Les populismes chauvins ou pas ne sont que dans l’immédiateté. L’amour de ses congénères devrait mener à une vision de plus grande ampleur car l’horizon est inquiétant. Aimer sa nation ou son peuple devrait conduire à la préservation d’un environnement humainement viable. Nous n’en prenons pas la direction.

Publicités
Cet article a été publié dans Non classé. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Décroissance, Gilets Jaunes, Anthropocène

  1. JP.Rougier dit :

    La puissance du néolibéralisme et de ses lobbies maintient cette dépendance à la surconsommation.
    L’obligation de gagner sa vie par le travail empêche les humains d’être cohérents avec une possible décroissance.
    Quand des gilets jaunes bloquent le libre commerce, des foulards rouges se plaignent de perdre de l’argent.
    Comment faire pour que chacun puisse collaborer à une décroissance et à un autre mode de vie, quand tout est fait pour aller plus vite et plus fort dans le mur.
    L’écologie concerne toute la planète, mais le coup de frein ne concerne que quelques milliards de consommateurs privilégiés.
    Or pour que tous y compris les pauvres participent à ce ralentissement, que pays et multinationales refusent,
    nous devons tous avoir de quoi consommer au minimum, et refuser les pratiques et emplois qui ne respectent ni la planète ni les humains.
    Exiger un revenu universel minimum au-dessus du seuil de pauvreté doit être le premier geste écologique.
    https://lejustenecessaire.wordpress.com/2018/08/06/premier-article-de-blog/
    L’écologie ne doit pas exclure, elle doit respecter la planète ce qui y vit, et ce qui y vivra.
    Les politiques et l’économie vont dans le mauvais sens, à nous de mettre des gilets jaunes et d’y croire.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s